Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 18:23

Nous publions ci-dessous une réaction contre la volonté de mise sous tutelle du Comité national des chômeurs. L'UD de Paris porte une démarche du même ordre. Ce projet de l'ancienne direction confédérale doit être abandonné.

Comité CGT des Privé(e)s d’Emploi
Ce texte se situe dans la continuité de la conférence départementale du comité chômeurs et
précaires CGT13 de juin dernier dont l'un des objectifs est l'organisation d'une conférence
nationale des chômeurs et précaires afin de fixer collectivement nos objectifs, d'établir une
stratégie de développement de l'organisation CGT des chômeurs et précaires, et enfin de réélire
nos responsables nationaux. Nous rappelons que la dernière conférence nationale a eu lieu en
2008.
Cher camarades,
Nous avons pris connaissance du projet qui découle des assises qui ont eu lieu en juillet dernier
et qui abordaient la question de la syndicalisation des chômeurs et précaires avec des membres
des comités chômeurs et précaires de toute la France, ainsi que des membres de toutes les
organisations de la CGT - (Fédération, UD, UL, etc.) - Après concertation à la base, c'est à dire
après qu'il y ait eu débat à l'intérieur des comités chômeurs de tout le département, le comité
départementale des chômeurs et précaires CGT des Bouches-du-Rhône a pris la décision de
rédiger ce texte pour plusieurs raisons.
 Le projet proposé n'est pas l'émanation des débats qui ont eu lieu lors des assises
 Le projet bafoue les statuts de la CGT
 Le projet outrepasse la démocratie syndicale et vise à continuer en ce sens
 Nous tenons à formuler une critique constructive et les arguments de fond de notre
refus du projet.
Le projet proposé n'est pas l'émanation des débats qui ont eu lieu lors des
assises.
Le projet est censé être l'émanation des conclusions des assises. Or, il s'avère qu’à aucun moment
la structuration du Comité National des Privés d'Emploi n'a été abordée en ses termes.
Les camarades des BDR mandatés pour ces assises avaient d'ailleurs un mandat pour appeler à
une conférence nationale et à notre grand regret aucune réponse n'avait été formulée clairement
sur ce sujet. Par conséquent, nous demandons comment est-ce possible que dans ce projet, la
direction nationale du Comité Chômeurs et Précaires CGT soit maintenant évoquée en
précisant le nombre exact de ses membres ainsi que les organisations dont ils sont issus.
Le projet bafoue les statuts de la CGT.
En conclusion du texte du projet il est écrit : « Le CNTPEP n'est donc ni une « fédération » ni
une « organisation spécifique » a une catégorie mais le dispositif confédéré de la CGT chargé
d'impulser Ie travail des organisations pour le développement et la structuration du syndicalisme
parmi les Travailleurs Privés d'Emplois et Précaires. ».
Or, dans les statuts de la CGT adoptés au 50ème congrès du 18 / 22
mars 2013, il est écrit :
Article 2 : Le comité de lutte de Défense des Chômeurs est l'organisation permettant de
développer la syndicalisation et l'activité de la CGT parmi les salariés momentanément privés
d'emploi.
Le Comité National des Privés d'Emploi (CNPE) est d'ailleurs définit comme une
« organisation confédérée particulière » tout comme le sont l'UCR et l'UGICT - (Cf. article 20
et 21)
Nous tenons donc à rappeler que les privés d'emplois et précaires sont organisés dans la
CGT.
Le CNPE n'est donc pas un « dispositif » mais bien une « organisation » et nous tenons à ce qu'il
le reste. Nous rappelons aussi que si les besoins s'en font ressentir les statuts se modifient
pendant les Congrès au niveau confédéral et les conférences nationales pour le CNPE.
Le projet outrepasse la démocratie syndicale et vise à continuer en ce sens.
D'une part ce projet vise à transformer l'organisation des chômeurs et précaires sans qu'il ne soit
l'émanation de la volonté des chômeurs et précaires organisées puisqu'il est « issu d'assises ».
D'autre part nous rejetons la proposition qui concerne la composition du CNTPEP, car nous
refusons que presque la moitié du CNPE soit des membres d'autres organisations. A notre
connaissance, il n'y a pas de chômeurs à l'UGICT, à l'UCR, ni à la direction d'aucune fédération.
De plus cela reviendrait à priver le CNPE de représentants de comité locaux ou départementaux
et d'une coordination à la hauteur de ce qu'attendent les syndiqués privés d'emplois et précaires.
Il est clair que dans ce projet, le CNPE ne soit plus l'émanation de la base, et nous nous
interrogeons même sur le fait que les deux membres du CNPE désignés par la direction
confédérale ne deviennent nos représentants aux CCN et aux congrès confédéraux.
Enfin ce qui donne le sentiment profond que l'organisation se fait « littéralement dissoudre » c'est
que le secrétaire n'est plus un secrétaire mais un « animateur ».
Les questions de fond que soulèvent la syndicalisation des chômeurs et
précaires !
La première cause fondamentale de nos divergences repose sur la manière dont les camarades
qui ont restitué le bilan des assises posent le problème du chômage et de la précarité.
Nous voulons donc clarifier quelques points essentiels : la question du chômage et de la
précarité dans la société ne doit pas être confondue avec la question de l'organisation des
chômeurs et précaires.
De la même manière que la question de la retraite ne doit pas être
confondue avec la question de l'organisation des retraités.
Dans un premier cas le chômage et la retraite nous pose des questions sur le fonctionnement de
la société. Ces questions concernent l'ensemble des travailleurs. On en tient pour exemple les
multiples luttes pour les retraites qui n'ont jamais reposées sur l'UCR, seule. A chaque fois la
CGT dans son ensemble s'est mobilisée et est descendue dans la rue, et à chaque fois n'a-t-on pas
vu des lycéens, des étudiants, des travailleurs de toutes les branches, précaires ou privés
d'emploi ?
Dans un second cas nous parlons de la question de l'organisation des chômeurs et précaires au
sein de la CGT. Et là comme pour tous les syndiqués, nous partons des besoins afin d'établir des
revendications collectives et les actions nécessaires pour y parvenir. Nous nous coordonnons,
localement, départementalement, etc. A partir des comités de base (ou syndicat) ainsi que des
convergences interprofessionnelle que l'on tisse à partir des Unions Locales (UL).
Il y a une grande diversité de dispositif au sein de la CGT qui permettent d'établir des liens sur
des thématiques comme la « protection sociale », la « santé », les « transports » et les chômeurs
et précaires syndiqués à la CGT n'ont pas à devenir l'un de ses dispositifs, ils ont besoin d'être
organisés et d'être représentés au sein de notre CGT, syndicat de lutte, de classe et de masse.
Cela étant dit, rien ne nous empêche de réfléchir à notre structuration et à tirer quelques
conclusions sur l'histoire et l'évolution de l'organisation des chômeurs et précaires. Bien entendu,
les chômeurs et précaires organisés ont tout intérêt à ce que des camarades s'impliquent dans nos
comités afin, non seulement de faire en sorte que le chômage et la précarité soient traités
comme une problématique de classe, c'est à dire par l'ensemble de travailleurs salariés, mais
aussi afin d'assurer une certaine stabilité à l'organisation étant donné l'instabilité
professionnelle de chacun d'entre nous, puisqu'il arrive que l'on retrouve du travail.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Du côté des Structures: syndicats - UL - UD - Confédé
commenter cet article

commentaires