Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 15:23
  • Le Comité syndical européen de l'éducation (CSEE) est la branche éducation de la CES (ou encore la branche européenne de l’Internationale de l’éducation, membre de la CSI). Elle a lancé en 2010 le Comité de Dialogue social sectoriel européen pour l'éducation conjointement avec la Fédération européenne des employeurs de l'éducation (FEEE), composée essentiellement d’employeurs publics. Ce comité vient de rendre le résultat de ses travaux dans une "Déclaration conjointe FEEE/CSEE sur les résultats des travaux du Comité du Dialogue social sectoriel européen de l’éducation » concernant les carrières des jeunes chercheurs :

    http://www.csee-etuce.org/images/attachments/Joint_Declaration_EFEE-ETUCE_on_Early_Career_Researchers-FR.pdf

    Le décor est planté : un "dialogue" social, qui plus est complètement à froid, entre employeurs et syndicats à l’échelle européenne, donc très éloigné des personnels. En toute logique, on trouve donc dans cette déclaration des propositions telles que :

  • – Mieux informer les chercheurs des options de carrière qui leur sont offertes en dehors des universités.

  • – Conseiller sur les possibilités de poursuivre une carrière au sein et en dehors de la sphère universitaire, par exemple au travers du développement et de l’acquisition de compétences transférables et la création de réseaux.

    – Offrir davantage de transparence concernant les possibilités de recherche au sein de l’enseignement supérieur, premier pas dans une carrière pouvant le plus souvent s’étendre à d’autres secteurs.

    – Mieux sensibiliser à l’employabilité des chercheurs et renforcer leurs compétences transversales au sein de l’enseignement supérieur, ainsi que leur attractivité pour le marché du travail.

  • – Pallier le manque d’informations concernant les options de carrière s’offrant aux chercheurs en dehors de l’enseignement supérieur.

  • – Accorder la priorité au rôle des responsables hiérarchiques et mettre en avant les avantages qu’offre un bon encadrement des chercheurs en début de carrière.

    A n’en pas douter, il y a ici une certaine obsession à sortir les chercheurs de l’enseignement supérieur en direction du privé. Les ministères de la recherche de Hollande et avant lui de Sarkozy mettent dès qu’ils le peuvent cette question de la « mobilité » sur le tapis, il n’y a donc rien de surprenant à ce que les employeurs portent cette revendication à l’échelle européenne. C’est par contre nettement plus "surprenant" de la part des organisations syndicales, qui combattent pied à pied cette orientation, en tout cas en France....

  • Voilà où mène le "dialogue" social tel que le pratiquent la CFDT et la CES.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT
commenter cet article

commentaires