Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

16 octobre 2015 5 16 /10 /octobre /2015 23:20

Nous publions ici la déclaration du secrétaire général de la Filpac au dernier CCN. La critique est forte et pertinente aussi bien du fond (positions confédérales contestables) que de la forme (absence de démocratie sur les mandats des négociateurs) :

Déclaration de Marc Peyrade, secrétaire général de la Filpac Cgt, au CCN du 24 septembre 2015
Le CCN du 24 septembre 2015, instance statutaire de la CGT, doit mettre un terme
à la pratique de délégations confédérales agissant sans mandat des organisations de la CGT, alors qu’elles les impliquent dans des négociations, des commissions, des échanges par des prises de position publiques, souvent contradictoires avec les statuts, les orientations de la CGT adoptées en congrès et celles de chacune de ses organisations confédérées.

S’agissant du rapport Mettling intitulé « le numérique et la vie au travail », confectionné pour justifier la future loi Macron 2 annoncée par le gouvernement, une déclaration publiée sur le site confédéral applaudit à ce texte qui désarme nombre de fédérations et d’UD et qui vise l’existence dans les 5 ans à venir d’au bas mot 3 millions d’emplois dans toutes les filières professionnelles.
Aucun mandat à notre connaissance n’a été délivré par le CCN ni pour l’approuver publiquement ni même pour en fournir une estimation publique. Faute de ce mandat impératif, les organisations de la CGT n’ont d’autre recours que de constater a posteriori qu’elles sont impliquées dans l’approbation publique d’un rapport centré sur le remplacement du salariat par d’autres formes contournant le contrat, le lieu, le temps et la mesure de la charge de travail.


S’agissant de la loi Rebsamen, pendant le cours des débats du projet impliquant une délégation CGT, la création d’une commission régionale patronat-syndicats en lieu et place du droit syndical dans les entreprises de moins de 11 salariés a été présentée comme un acquis et soutenue publiquement sans que nul mandat explicite du CCN ne soit émis.

S’agissant du rapport Combrexelle, une délégation engage l’existence de la notion
même de conventions collectives sous le prétexte en usage par le gouvernement
de simplifier le droit social. Si bien que des conventions collectives, celles de
notre champ de compétence en particulier, sont déclarées obsolètes dans
l’ignorance parfaite des adhérents concernés et de leur organisation syndicale.
Cela est d’autant préjudiciable que ce rapport Combrexelle prend position pour un
syndicalisme rompant avec le conflit et appelant à la collaboration permanente
avec la direction patronale.


Le CCN n’a pas été dissout, il n’est pas une instance négligeable et contournable à
l’envi, d’autant qu’il est le seul à représenter les FD et les UD. Et pourtant, il l’est.
Comme si la vaste offensive contre le droit social en cours ne méritait ni débat, ni
mandat, ni combat. Le trouble suscité par cette manière de faire porte atteinte gravement à la
crédibilité de notre confédération, au caractère souverain de son congrès et aux
fonctions du CCN.


La loi Macron est passée sans coup férir, alors qu’elle neutralise le Code du travail
par le ravalement des conflits du Travail au rang de simples conflits passibles du
Code civil. Cette défaite répand le trouble dans nos organisations, où de multiples
interrogations s’expriment, interrogeant la raison réelle et sérieuse au nom de
laquelle le Code du travail n’a pas été défendu.


C’est pourquoi nous demandons que le mandat impératif des délégations confédérales CGT, délivré par le CCN sur les sujets de fond évoqués et à venir, soit rétabli et respecté au plus vite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Vers le 51° Congrès
commenter cet article

commentaires