Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 14:47

Philippe Martinez a donné une interview au journal Le Monde du 22 septembre 2015. Une version un peu plus longue se trouve sur le site du Monde.fr. Voici quelques commentaires :

Philippe Martinez fustige les militants coupés de leurs bases, revendique les 32h "à condition qu'elles ne signifient pas un recul des acquis sociaux"(1), reconnait qu'entre Hollande et Sarkozy "sur les questions économiques il n'y a pas beaucoup de différence". Notre secrétaire général balise plutôt bien son terrain, surtout quand il dénonce (timidement) les "syndicats qui considèrent que le rapport de force n'est plus d'actualité". Bien encore quand il précise : "Le besoin d’unité syndicale demeure mais il ne faut pas faire semblant d’être d’accord quand on ne l’’est pas". Très bien même quand il ajoute : "Si on nous invite à une conférence sociale pour casser le code du travail, on n’ira pas".

Mais il reste plusieurs points gênants dans ses propos :

"Je veux bien aller visiter une entreprise avec le président de la république ou un ministre" dit Martinez "pour leur remettre les pieds sur terre". Comme si Hollande était de bonne volonté et qu'il se trompait par méconnaissance !

Sur la loi Rebsamen et les TPE comment comprendre cette phrase : "C’est une avancée mais ce n’est même pas le minimum syndical" ? Une avancée qui recule ?

"Une entreprise n’est pas la propriété d’un seul. C’est une une communauté de travail, il y a un patron et il y a des salariés. Il faut parler des deux et de façon équilibrée." C'est pourtant du B-A-BA ! Si l'entreprise n'est pas propriété d'un seul c'est que le patron a des actionnaires ! Le début du syndicalisme de classe c'est de faire comprendre aux salariés qu'ils ne forment pas la moindre communauté avec leur patron !

Mais le plus problématique restera évidemment cette affirmation : "Le syndicalisme, par essence, est réformiste". Bien entendu l'action syndicale quotidienne se borne à tenter d'arracher (voir seulement de maintenir) des réformes qui apportent un progrès, même modeste, aux salariés. Cela est vrai de l'atelier jusqu'au plan confédéral. Mais tout change quand le pays est paralysé par une grève générale de longue durée, c'est à dire quand la lutte entre les classes ouvrière et bourgeoise atteint son apogée.

Le syndicalisme réformiste est bien celui qui se suffit de modestes progrès et qui s'accommode du mode de production capitaliste. De ce point de vue la CFDT n'est pas plus "réformiste" que le PS n'est "de gauche". En revanche la CGT est bien, hélas, majoritairement réformiste.

Le syndicalisme révolutionnaire lui se distingue par une propagande constante pour la socialisation des moyens de production, par des revendications égalitaires et universelles, par des pratiques autogestionnaires dans la perspective d'une grève générale qui permettrait l'expropriation des capitalistes et l'avènement d'une société communiste et démocratique.

Alors qu'on aura fêté les 120 ans de la CGT toute l'année, il serait urgent d'aller piocher dans nos racines révolutionnaires quelques principes pour ranimer la flamme du syndicalisme CGT !

1) Ce qui sonne comme un mea culpa sur les 35h Aubry...?

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Du côté des Structures: syndicats - UL - UD - Confédé
commenter cet article

commentaires