Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

11 novembre 2015 3 11 /11 /novembre /2015 12:42

Dans la lutte des classes Michel Noblecourt (journaliste au Monde) est un ami du camp patronal. Néanmoins certains de ses articles ont le mérite d'être "bien informés". C'est pourquoi nous publions ici des extraits de son dernier article issu de son blog :

Toujours en butte à l'hostilité ou aux réticences de plusieurs fédérations, Philippe Martinez, dont la gouvernance est jugée en interne autoritaire, peine encore à s'imposer. La décision de ne pas participer à la conférence sociale du 19 octobre a été entérinée au dernier moment par la commission exécutive - qui, avant les incidents à Air France, s'était prononcée en faveur de la présence - à une seule voix de majorité. Et des révolutions de palais viennent de se produire dans deux des plus grosses UD, "les préfètes", de la CGT. Fin octobre, le secrétaire général de l'UD des Boûches-du-Rhône, réputée pour être sur une ligne dure, Thierry Pettavino, a été démis de ses fonctions par sa commission exécutive. Certains contestataires reprochaient au patron de l'UD 13, celle qui va héberger le congrès confédéral en avril, d'être "trop proche de la confédération". D'autres jugeaient Thierry Pettavino, membre de la CE confédérale, "trop mou". Un collectif transitoire a été mis en place pour diriger l'UD, en attendant l'élection d'un nouveau secrétaire général. D'aucuns craignent que le (ou la) prochain(e) titulaire appartienne à la mouvance trotskiste lambertiste qui s'est déjà emparée de l'UD de Seine-Maritime.

Une autre changement est en train de se produire dans l'UD du Nord. Son secrétaire général, Vincent Delebarre, n'a pas démissionné mais il a annoncé qu'il ne se représenterait pas pour un nouveau mandat. C'est la conséquence du vote pour l'élection de Philippe Martinez. Vincent Delebarre était mandaté pour voter contre et il avait voté pour. La fédération de la santé avait elle aussi pas respecté son mandat - votant pour au lieu de contre - et dans les deux cas la sanction est la même, un changement de secrétaire général. Là aussi, un collectif transitoire a été mis en place mais c'est, à l'évidence, un nouveau coup dur pour le dirigeant de la CGT.

Partager cet article

Repost 0

commentaires