Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 15:55

CGT

Révolution de palais ou révolution culturelle ?

La crise de direction et d’orientation de la confédération ouvre des chances de redressement de la vieille maison qui fête ses 120 ans. Un replatrage de façade avec un discours plus combatif serait mieux que rien mais n’y suffira pas. Un congrès des syndicats, sans le filtrage et le dosage habituel des délégués, est une des conditions du sursaut. Dans tous les cas le 51° congrès ne sera pas un congrès comme les autres !

 

A l’heure où ces lignes sont écrites, juste après le CCN de janvier, il est parfaitement impossible de prévoir ce qui se décidera, ou pas, au CCN de février. Néanmoins il est possible de tirer quelques leçons des semaines écoulées.

La dérive depuis vingt ans, l’alignement progressif de la CGT sur la CFDT et un syndicalisme d’accompagnement était de plus en plus contesté en interne. Y compris dans l’actualité immédiate comme les propositions défendues avec la CFDT dans la négociation sur « le dialogue social ». La « révélation » visant Thierry Lepaon et partant de l’intérieur de la direction confédérale aura été la goutte qui fit déborder le vase. Nombre de structures y compris parmi les plus importantes ont pris des positions fortes et radicales contestant aussi bien les méthodes démocratiques que les orientations confédérales. Au point de contraindre la direction confédérale à trouver des réponses, ou au moins un pare-feu.

Incapable de mesurer la colère des militants et des cadres syndicaux intermédiaires Thierry Lepaon a d’abord cherché à s’accrocher jusqu’à finir par présenter une solution où il se gardait une place à la Commission Exécutive Confédérale (CEC) et composait un Bureau (et un secrétaire général) à sa main. Le CCN du 13 janvier a repoussé cette issue en forme de farce qui resserait la direction autour de cadres « fidèles ». La mise à l’écart des représentants de l’aile la plus réformiste devait suffire à calmer la colère militante sans pour autant ouvrir les portes aux responsables syndicaux identifiés à une orientation syndicale plus combative. Une nouvelle fois le CCN désavouait la direction confédérale, sans compter la manipulation incroyable des mandats de la fédération de la  santé qui était mandatée pour voter contre et qui se retrouve à voter pour (manipulation dont l’explication relève sordidement de la vie privée de secrétaires généraux !).

Nombre de fédérations et d’Unions Départementales, exprimant l’attente de leurs bases, refusent par ailleurs de se contenter d’une révolution de palais. Les propositions de congrès extraordinaires, de congrès de réo-orientation, de direction collégiale provisoire ont un large écho positif. Tant il est vrai que les problèmes de la CGT ne se limitent pas aux méthodes et aux orientations du Bureau confédéral. Hélas, l’autoritarisme, le centralisme,  la complaisance, la prévarication, le déclin des positions de classe touchent tous les étages de la maison.

Il n’y aura pas de redressement sans une reprise en main des syndicats par les syndiqués : contrôle des délégués, élaborations collectives des revendications et des modalités de la lutte, rotation des mandats, contrôle des instances « supérieures » par les syndicats de base… rien de tout cela ne se décrète. Mais nécessite juste que les syndiqués se décident à faire vivre une démocratie syndicale dont les principes sont anciens, connus et validés mais trop souvent oubliés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Vers le 51° Congrès
commenter cet article

commentaires