Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

9 mars 2012 5 09 /03 /mars /2012 17:22

Ce projet CROUS 2020, adopté au CNOUS en janvier 2012,est un texte qui vise à définir la politique et la gestion des CROUS pour la prochaine décennie. Il a pour objectif d’accentuer la "décentralisation", c’est-à-dire renforcer leur mise en compétition, passant par une " autonomie renforcée " des CROUS, suivant la même logique que la loi LRU. Une fois de plus, le gouvernement s’attaque au service public en lui imposant les normes managériales propres au secteur privé et capitaliste : recherche accrue de rentabilité au dépend des étudiant-e-s et des personnels, mise en concurrence, logique de « marketing », caporalisation des rapports hiérarchiques, plus de poly-compétences pour les personnels…

Dans cette nouvelle configuration, nous nous attendons à une fatale augmentation des prix, une dégradation des conditions de travail, une privatisation du logement, une externalisation des postes et la poursuite des coupes budgétaires. Finalement, toutes les étapes nécessaires à une privatisation partielle ou totale des Crous dans les années à venir !!

 

Ce projet CROUS 2020 intervient dans un contexte de misère et de surveillance généralisée.

 

Outre la qualité, c’est aussi la quantité insuffisante de logements disponibles ainsi que les critères profondément discriminants (quotas, préférence nationale, résultats scolaires…) que nous déplorons. La multiplication des partenariats avec les « bailleurs sociaux » est inquiétante, livrant ainsi des logements dits sociaux aux spéculateurs. Une très grande majorité d’étudiant-e-s n’ont que le choix de rester chez leurs parents ou de payer le prix fort du loyer dans le logement privé que le gouvernement privilégie manifestement (fond de paiement des cautions).

Les restos-U, non seulement ne sont pas épargnés par la hausse des prix, mais se trouvent directement vampirisés par les banques (Crédit Agricole, CIC…), qui imposent peu à peu l’usage de la carte monéoqui avait pourtant connu un véritable flop ! En plus d’offrir une commission aux banquier-e-s sur chaque transaction, cette carte monéotransforme le CROUS et l’université en appareils de contrôle (suivi permanent des opérations, flicage des personnels et de leur productivité, « carte d’identité étudiante » donnant accès aux emprunts de livres, photocopies, médecine universitaire, vote aux élections étudiantes, informations personnelles…).

Moins d’un-e étudiant-e sur quatre bénéficie des aides financières (500 000 sur 2,3 millions), les étudiant-e-s étranger-ères y ont difficilement accès (notamment pour ceux hors-UE) et, dans le contexte de crise sociale actuelle, ce système est largement insuffisant, injuste, et se dégrade. En effet, les critères d’attribution n’ont pas fini de se durcir allant jusqu’à indexer les bourses sur la « réussite » scolaire et l’assiduité conformément à l’esprit de compétition et de sélection sociale qui s’impose à l’université. On remarque que le système est tout simplement défaillant : les retards (parfois sur plusieurs mois !) dans le versement des bourses sont dangereusement devenus habituels. De même, les demandes au FNAU (Fond National d'Aide d'Urgence) en 2011 explosent de manière spectaculaire (+ 20%), alors que le budget de ce fond n’a lui pas été augmenté d’un pouce jusqu’à aujourd’hui, et que le 10èmemois de bourse négocié par l’UNEF est encore compromis.

 

La précarité s’aggrave dans des proportions inédites mais le gouvernement préfère soumettre les CROUS à la loi du profit au lieu d’améliorer les conditions et les moyens des travailleur-euse-s du CROUS. Celui-ci n’est alors pas en mesure de remplir les missions de service public nécessaires pour garantir l’égalité d’accès aux études supérieures. En effet, un-e étudiant-e sur 2 est officiellement salarié-e, mais en comptant le travail au noir et le salariat saisonnier, on passe à 75% minimum d’étudiant-e-s salarié-e-s. Un-e étudiant-e qui doit continuellement jongler entre les cours, travail et révisions n'en est plus un-e, et le taux d'échec parmi les étudiant-e-s salarié-e-s est deux fois plus élevé que chez les non salarié-e-s (source : OVE). Ces faits démontrent incontestablement l’exacerbation de la précarité et de la sélection sociale que nous dénonçons.

C'est dans nos luttes qu'il faudra porter notre volonté d'une autre répartition des richesses, plus juste et égalitaire !!

 

L’Union Nationale CGT CROUS, les fédérations syndicales de la FSE et de SUD étudiant revendiquent de concert :

- Réengagement réel de l'Etat dans l'Enseignement Supérieur, la Recherche et les CROUS.

- Renforcement du service public des CROUS avec l'ajout de nouvelles compétences dévolues aujourd'hui aux universités: culture, sports, médecine de prévention, services sociaux, etc.

  • Gestion démocratique des CROUS : un CA avec uniquement des personnels et des étudiant-e-s.

  • La fonctionnarisation des personnels ouvriers, qui sont sur un statut d’agent non titulaire de l’Etat actuellement.

  • Une politique d’emplois adéquate, plus de personnels pour faire fonctionner les différents services aux étudiant-e-s.

  • Une politique salariale revalorisant le personnel, qui aujourd’hui a le salaire le plus bas de la fonction publique.

- L'assurance d'un 10ème mois de bourses et l'arrêt des coupes budgétaires pour les aides sociales.

- Augmentation en nombre et en montant des bourses sur critères sociaux, versées de manière régulière, sur 12 mois, avant d'instaurer un salaire socialisé ou une garantie sociale étudiante pour les étudiant-e-s se déclarant fiscalement indépendant de leurs parents, financée par les cotisations sociales.

- La suppression des critères socialement discriminatoires.

- La construction massive de logements publics de qualité (espaces, normes environnementales...).

- La rénovation des résidences universitaires, sans hausses de loyers

- La réquisition des logements vides

- La gestion des résidences "sous contrat" directement par le CROUS

- La rupture de tous les partenariats public-privé du CROUS

- La baisse significative des loyers

 le 5 mars 2012 par la Cgt CROUS, la fédération Sud-Etudiant et la Fédération Syndicale Etudiante.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Du côté des Luttes
commenter cet article

commentaires