Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

30 juin 2014 1 30 /06 /juin /2014 07:02

logo ugffEt encore une de plus: ICI en PDF et ci-dessous.

 

Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires CGT
Adresse de la Commission Exécutive de l'UGFF-CGT
à la Commission Exécutive Confédérale
Cher-e-s Camarades,
Lors de sa réunion, en date du 25 juin 2014, la commission exécutive de l'UGFF-CGT a décidé de
s'adresser aux membres de la commission exécutive confédérale au sujet du positionnement de la
CGT pour la conférence sociale.
Force est de constater que les précédentes conférences sociales se sont soldées par un refus d'ouvrir
de réels processus de négociations sur les propositions et les revendications des organisations
syndicales et plus particulièrement de la CGT, malgré notre participation, justifiée, très active et
offensive, aux discussions proposées.
Pire encore, les politiques initiées par le gouvernement, toujours sous l'aiguillon du Medef, se sont
avérées particulièrement régressives à l'image des lois portant sur la «sécurisation de l'emploi»
transcrivant l'accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 ou sur les retraites, pour ne citer
ici que deux exemples.
Aujourd'hui, la conférence sociale proposée intervient dans un contexte au moins caractérisé par :
 L'accentuation et la généralisation des politiques d'austérité qui ne cessent de nourrir la crise
et de générer une insécurité sociale généralisée,
 Une séquence de consultations électorales, élections municipales et européennes, marquée
par la réalité préoccupante du vote de l'extrême-droite et de l'abstention, qui montre la non
adhésion et même le rejet des politiques initiées par le gouvernement,
 La confirmation d'une situation sociale conflictuelle, la poursuite et la multiplication des
processus de mobilisation : cheminots, intermittents du spectacle, salariés de l'industrie et du
commerce, agents des trois versants de la fonction publique, retraités, journée d'action
interprofessionnelle du 26 juin...
Force est de constater l'attitude brutale, méprisante et même insultante, du gouvernement, à
l'encontre des salarié-es, des privé-es d'emploi, des retraité-es, qui impose la politique du fait
accompli et du passage en force, y compris en refusant d'ouvrir de réels processus de discussions et
de négociations sur les revendications exprimées.
Afin de répondre aux exigences toujours plus grandes des actionnaires, du Medef, des marchés
financiers, les pouvoirs publics refusent de rompre avec les politiques d'austérité.
A défaut d'une telle rupture, la feuille de route gouvernementale au titre de l'année 2014 et des
années suivantes est d'ores et déjà connue à l'image des contenus des projets de loi de finances et de
financement de la sécurité sociale rectificatives, sans parler des préconisations de la Cour des
comptes ou encore des recommandations du Conseil de l'Union européenne concernant le
programme national de réforme de la France pour 2014 et portant avis du Conseil sur le programme
de stabilité de la France pour 2014.
De fait, cette conférence sociale est un alibi de dialogue social, elle a pour objet de créer les
conditions d’une confirmation et d’une déclinaison du pacte dit de responsabilité et de solidarité,
avec un affichage de quelques contreparties d'ores et déjà majoritairement rejetées par les
organisations syndicales.
C'est pourquoi l'UGFF-CGT considère que la conférence sociale proposée par le gouvernement est
inacceptable dans ses formes, ses contenus et ses objectifs.
Du point de vue des enjeux relatifs aux politiques publiques, aux services publics, à l'emploi public,
à l'évolution des finances publiques, il va sans dire que cette conférence sera une confirmation de
l'entreprise de démolition en cours.
L'UGFF-CGT demande que la CGT se rende au rendez-vous du 7 juillet pour n'y prononcer qu'une
seule et même déclaration, dénonçant les politiques initiées par les pouvoirs publics et le Medef.
Il s'agirait aussi de rappeler quelques axes clés et forts du corpus revendicatif de la CGT démontrant
que d'autres choix sont nécessaires et possibles.
Il s'agirait enfin de réaffirmer la disponibilité de la CGT pour engager un réel processus de
discussions et de négociations s'inscrivant dans l'indispensable rupture avec les politiques
d'austérité.
A l'issue de cette déclaration, il s'agirait de quitter la conférence, sans participation aucune aux
ateliers proposés, et d'organiser une conférence de presse de telle manière à porter à la connaissance
du monde du travail le positionnement de la CGT, ses exigences et ses propositions.
Enfin, la commission exécutive de l’UGFF estime nécessaire que la CGT propose à l’ensemble des
organisations syndicales une démarche commune au sujet de la conférence sociale et plus largement
l’engagement d’un processus d’action unitaire.
La commission exécutive de l'UGFF-CGT demande à ce que la commission exécutive confédérale
du 1er juillet prochain débatte et arrête une position très claire à ce sujet.
Au cas où la commission exécutive confédérale déciderait de la participation de la CGT à la
conférence sociale, l'UGFF-CGT ne souhaite pas que son Secrétaire général fasse partie de la
délégation pour les raisons déjà évoquées ci-dessus.
Fraternellement,
Pour la commission exécutive de l'UGFF-CGT,
Jean-Marc Canon, Secrétaire Général de l'UGFF-CGT.
Montreuil, le 27 juin 2014
Ps: Copie de la présente adresse est communiquée aux membres du bureau confédéral et aux
organisations du CCN
Union Générale des Fédérations de Fonctionnaires CGT
263, Rue de Paris - case 542 - 93514 Montreuil CEDEX tel: 01 55 82 77 56
mel: ugff@cgt.fr site: http://ugff.cgt.fr

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Conférence sociale 2014
commenter cet article

commentaires