Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

26 novembre 2010 5 26 /11 /novembre /2010 14:10

 

logo ferc cgtPendant des mois, les salariés de l'Éducation, de la Recherche et de la Culture ont combattu aux côtés de millions d'autres salariés contre le projet de loi Sarkozy-Fillon-Woerth de destruction de notre système de retraite par répartition. Dès le départ, la FERC-CGT a pris ses responsabilités en appelant à la mobilisation pour le retrait du projet et à l'ouverture des négociations.

 

Le gouvernement prétendait que cette contre-réforme était destinée à garantir l'avenir du système par répartition, alors qu'elle est dictée par les marchés financiers : ces affabulations se sont effondrées. Les arguments avancés par la FERC et la CGT ont porté auprès des salariés : nécessité d'arrêter les exonérations patronales et de les récupérer, prise en compte dans l'assiette des cotisations de tous les éléments de rémunérations (primes, intéressement, participation), promotion de l'emploi, des qualifications et des salaires, taxation des revenus financiers... Tout ceci est à même de garantir sans problème la pérennité et l'amélioration de notre système. Mais cela heurte les intérêts du MEDEF.

 

Malgré cette mobilisation sans précédent, au mépris de la population qui, à 70%, a exprimé son refus de la réforme et son soutien aux salariés engagés dans les luttes, le gouvernement est passé en force et a promulgué sa loi, qui n'en demeure pas moins injuste et inacceptable. Elle contribuera à appauvrir encore plus une large partie de la population.

De plus, le Sénat a aggravé la loi, dans la perspective d'une réforme « systémique » pour 2013, en instaurant un système de retraites par points. Dans un tel système, les cotisations versées par les actifs sont transformées en points que le salarié cumule durant toute sa carrière professionnelle. Lors de la liquidation des droits, le montant de la retraite est alors déterminé en multipliant le total des points accumulés par une valeur évoluant chaque année et ne pouvant que baisser à l'avenir (cf. points Ircantec en 2008). Ce nouveau système induirait aussi la suppression du calcul sur la base des 6 derniers mois dans la Fonction publique, ou des 25 meilleures années du privé. Cela conduirait mécaniquement à une nouvelle baisse brutale des retraites.

 

Cette réforme « systémique » signifierait la fin de la répartition et des régimes spéciaux. Elle vise à instaurer la retraite par capitalisation. C'est pourquoi le Congrès condamne le système de retraites par points.

 

Le congrès de la FERC-CGT exige l'abrogation de la loi Sarkozy-Fillon-Woerth.

 

Il revendique :

* l'âge légal de départ à 60 ans à taux plein, ou après 37,5 annuités maximum, selon ce qui est le plus favorable aux salariés, pour tous, public et privé,

* la suppression de la décote,

* l'intégration des périodes d'études, de formation, d'apprentissage, d'activité professionnelle ou d'inactivité forcée dans le calcul des pensions,

* le retour au calcul sur les 10 meilleures années dans le privé * le maintien du calcul sur les 6 derniers mois dans le public,

* le maintien et l'amélioration du Code des pensions civiles et militaires,

* le refus de la création d'une caisse de retraite pour les fonctionnaires d'Etat,

* le refus de l'augmentation du taux de retenue pour pension des fonctionnaires,

* le maintien des droits pour les parents de 3 enfants,

* l'abrogation du décret Balladur de 1993 et de la loi Fillon de 2003.

 

La Ferc appelle l'ensemble des salariés de ses secteurs à poursuivre la lutte pour l'emploi, les salaires, la protection sociale et l'abrogation de la loi sur les retraites, pour l'ouverture de nouvelles négociations sur la base des revendications de la CGT.

 

Montdidier, le 26 novembre 2010

Partager cet article
Repost0

commentaires