Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 12:47

Nous publions ici le tract des camarades de Renault-Cléon qui annonce leur succès aux élections professionnelles. Lutter n'est pas ringard comme nous le répète en boucle les journalistes et tant de dirigeants syndicaux. La preuve par Cléon où la lutte contre la remise en cause des acquis avait été menée fermement.

 

Résultats des élections professionnelles du 5 décembre
Moins de 9 mois après la signature de l'Accord de compétitivité par les syndicats CFE-CGC,
CFDT et FO et alors que les nouveaux horaires s'appliquent depuis le 1er novembre, les
salariés de Cléon ont fait le choix de donner une majorité absolue au syndicat CGT.
Par rapport à 2009, tous collèges confondus, le syndicat CGT progresse de 2,7 points en DP,
(50,7% des voix exprimées) et de 2,5 points en CE (51,7% des voix exprimées), lui donnant
l'occasion de gagner un 7ème siège (gagné dans le 2ème collège) sur les 11 à pourvoir.
Par leurs votes, les salariés ont clairement exprimé leur soutien au syndicat qui a mis
toutes ses forces au service de la construction d'un rapport de force pour essayer
d'empêcher la signature de l'Accord de compétitivité, puis d'empêcher son application
avant qu'une expertise (refusée par les signataires CFE-CGC et CFDT) puisse détailler la
dégradation des conditions de travail qu'il va induire pour tous.
Rappelons que le 11 février dernier, en pleine bagarre, 1 500 salariés avaient signé, aux
portes de l'usine, une pétition appelant TOUS les syndicats à refuser de signer l'accord de
compétitivité. Les syndicats CFE-CGC, CFDT et FO n'en avaient tenu aucun compte !
Ce 5 décembre, 1 501 salariés ont voté pour les candidats CGT en DP ; 1 532 ont voté
pour les candidats CGT en CE. Pour ce dernier scrutin, dans le 2ème collège, le syndicat
CGT a même été le seul à gagner des voix par rapport à 2009, alors que la CGC en a
perdu une centaine et l'UNSA (ex-FO) plus de 70.
À l'évidence, ce vote a clairement sanctionné les syndicats qui ont conclu un accord avec la
Direction :
􀁄 pour voler jusqu’à 21 jours de congés aux salariés de Cléon (salariés en 2 x 8 )
􀁄 pour accepter la poursuite de la décroissance des effectifs de notre établissement
qui a déjà perdu 527 emplois CDI au cours des 4 dernières années
cgt.renault.cleon@wanadoo.fr
cgt.cleon@renault.com
fax: 01 76 86 78 40
Syndicat
CGT
Renault Cléon
Faire du résultat
de ces élections
un point d’appui pour
s’opposer aux mauvais coups
de la Direction !
mercredi 11 décembre 2013
UNE MAJORITÉ ABSOLUE POUR LE SYNDICAT
QUI S'OPPOSE À LA RÉGRESSION SOCIALE !
CE RÉSULTAT EST UN CLAIR DÉSAVEU
DES SYNDICATS QUI ACCEPTENT
LE CHANTAGE ET LA RÉGRESSION SOCIALE
􀁄 pour accepter le “blocage” ou la “modération” de la masse salariale au cours des 3
prochaines années.
Tout cela en échange de l'engagement d'affecter à l'usine de Cléon l'assemblage de 60 000 à
100 000 boîtes J dès la mise en oeuvre de l'accord. Un engagement dont on a aujourd'hui la
certitude qu'il ne sera pas tenu, puisque l'assemblage de cette boîte de vitesse s'effondre.
Au point que ce qui domine aujourd'hui, 6 semaines seulement après la mise en application
de l'accord, c'est l'inquiétude sur le devenir du personnel travaillant à la boîte J !
Au delà des résultats électoraux, toutes les questions posées par la CGT durant la
campagne des élections restent d'actualité, à savoir:
􀁄 activité moteurs tournée exclusivement vers le “tout diesel”, alors qu’il faut se
préparer à la fin de la prééminence du diesel en Europe
􀁄 départ d'activités d'assemblage de 60 000 moteurs M9 par an, dès 2015, vers la
Thaïlande
􀁄 absence totale de petit moteur à essence à l'horizon, tant au montage qu'à l'usinage
􀁄 activité boîtes de vitesses plus que préoccupante, avec l'absence totale de tout
nouveau projet à l'horizon et des baisses de volumes très inquiétantes sur la boite J, dès
2014, avec transfert prévisible d'activité vers la Chine, suite à la récente autorisation d'y
ouvrir une usine avec Dongfeng .
􀁄 moteur électrique en position “débrayage”, en panne de débouchés et de ventes
􀁄 menaces sur l'activité Ingénierie, avec le couperet “coeur et non coeur de métier” et
la porte ouverte vers l'externalisation à outrance et/ou la délocalisation vers les RTX
􀁄 réorganisation brutale des “protos” liée à la fermeture de Rueil et le transfert
d'activités sans embauches, en privilégiant la productivité au détriment des effectifs
Dans ces conditions, le résultat des élections ne sont que le reflet de la colère et des
inquiétudes de l'ensemble des salariés de Cléon, quelque soit leur statut !
Invectiver ou faire des procès d'intention au syndicat sur lequel se sont reportées le plus de
voix, c'est comme s'en prendre au thermomètre parce qu'il ne donne pas la température voulue
par certains. Comme si on cassait le téléviseur parce qu'il annonce de mauvaises nouvelles !
Au cours des 4 dernières années, les élus CGT n'ont pas hésité à prendre leurs responsabilités
et à utiliser tous les droits résultant de leurs mandats, en CHSCT comme en CE :
􀁄 recours à des expertises en CHSCT, comme à l'occasion de la mise en oeuvre de
l'Accord de compétitivité
􀁄 recours à une expertise en CE, comme celle en cours sur les comptes de
l'établissement et que nous allons pouvoir pousser jusqu'au bout, grâce au résultat des
élections.
Tout cela, avec pour seule préoccupation de mesurer les impacts réels sur les conditions de
travail de chaque nouvel accord et/ou réorganisation, ainsi que sur la marche de notre usine.
Au delà des élections, quel avenir
à court , moyen et long terme pour l'usine de Cléon ?
Ces questions ne sont pas nouvelles. Nous les posons depuis des années et les accords signés
n'y répondent pas vraiment et ne font plutôt qu'aggraver le déficit en termes d'emplois
et d'activités ! Ce sont tous ces défis qui nous attendent pour les années qui viennent !

Partager cet article
Repost0

commentaires