Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 00:07

 

  renault-douai-cgt.jpgLe 7 et 8 juin 2010 la firme Renault Douai vivait des élections professionnelles « historiques »… enfin pas vraiment !

 

Depuis le 8 juin, la CGT Renault Douai n’existe plus, parce que la liste n’atteint pas les 10 % requis (loi de représentativité oblige). Comment en est-on arrivé là ? Tout simplement en ayant deux listes CGT à l’intérieur de la même boîte !

Lors de ces élections, ce sont bel et bien deux listes issues de la même confédération qui sont entrées en concurrence. La première représentait le syndicat « historique », actif dans l’entreprise depuis quarante ans, et rassemblait 140 candidats et candidates différents. En réalité, cette liste était aussi celle de l’ancienne Union locale (UL), qui n’est plus confédérée depuis peu de temps. En face, une seconde liste, qui a débarqué sur place depuis quelques mois, composée d’une vingtaine de candidats, tous parachutés par la nouvelle UL [1].

La CGT n’est plus représentative

De procès en procès, des demandes de reconnaissance auprès de la confédération CGT ont été faites par le tribunal, mais elles sont restées sans réponse. Parallèlement, le battage médiatique a fini par tomber dans le ridicule. La confédération ne s’est pas mouillée, par peur de perdre des syndiqué-e-s. Et tout ça a poussé la justice bourgeoise à autoriser les deux listes aux élections, en laissant le principe de représentativité faire le reste. Les salarié-e-s choisiront !

Le choix oui, mais pour cela, il aurait fallu que chacun y comprenne quelque chose, et pas seulement les personnes directement impliquées dans ce conflit interne. En fin de compte, la division des voix et le rejet des salarié-e-s ont eu raison de la CGT dans son ensemble le jour des élections.

D’autres profitent de ce « bordel » : FO et CGC en premier lieu, qui arrivent en tête, et qui sont reconnus pour obéir au doigt et à l’œil à la direction. Mais Sud tire aussi son épingle du jeu, puisque le syndicat a récupéré les déçu-e-s de la CGT. Il faut dire que Sud a eu la meilleure stratégie, en soutenant la nouvelle liste CGT (confédérée), et non la liste historique. Sauf qu’idéologiquement, on a du mal à comprendre cette stratégie. La liste confédérée ne rejoint en rien les positions de Sud (sur la question de la lutte des classes, par exemple).

Pendant ce temps, l’autre liste CGT (historique) vit dans le passé : avec assurance, elle adopte des stratégies que l’armée rouge n’aurait pas reniées ! Aujourd’hui la situation est telle qu’il est impossible de penser à un rapprochement entre la CGT Renault Douai (historique) et Sud Renault Douai, car en dehors des différences idéologiques (qui n’existent pas vraiment d’ailleurs), c’est un problème entre individus qui se pose. Il faudra un temps non négligeable pour revoir un syndicat CGT digne de ce nom à Renault Douai.

Eddy.

Partager cet article
Repost0

commentaires