Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

21 juillet 2011 4 21 /07 /juillet /2011 21:20

sbfm.jpg 

Quelle belle annonce que celle - enfin ! - de l'investissement de Renault dans la modernisation de l'ex-SBFM, rebaptisée Fonderie de Bretagne lors de la reprise par Renault de cette usine, passée  à la sous-traitance en 1996. Que de luttes depuis pour retrouver le chemin de la maison mère et celui de la préservation de l'outil de production et de ses salariés (550 aujourd'hui, près de 1000 en 2000). Pour autant, les camarades Cgt ne sont pas dupes et savent ce qui les attend, à savoir le nivellement par le bas de tous leurs acquis obtenus dans la boîte depuis des lustres. Ici comme à PSA, comme dans toutes les entreprises, la loi du marché continuera de s'imposer tant que nous ne remettrons pas en avant une orientation de lutte pour la gestion directe de l'économie par les travailleurs, la socialisation des moyens de production et d'échange, une planification autogestionnaire de l'économie. Ce qui suppose de ranger au placard des accessoires de replâtrage les orientations de notre confédération Cgt, à savoir les concepts fumeux d'un développement humain durable et d'une autre politique industrielle sans remettre en cause le capitalisme.

 

 

Déclaration du syndicat Cgt Fonderie de Bretagne (ex-SBFM):

 

Renault investit 85 millions d’euros dans la Fonderie de Bretagne

 

Renault va investir 85 millions d’euros d’ici 2016 pour la modernisation de la Fonderie de Bretagne (ex-SBFM), rachetée par le constructeur français en 2009, a annoncé vendredi le constructeur dans un communiqué.

 

La pérennisation de notre fonderie et de ses emplois est acquise !

 

Même si nous avons été traités de « doux rêveurs », « d’utopistes », « de fous » voire pire encore, jamais nous n’avons dévié des revendications indispensables à la pérennisation de notre outil de travail et de ses emplois. Revendications travaillées, argumentées et chiffrées avec l’aide de notre camarade et ami Jean David (Expert comptable chez SECAFI/ALPHA et ancien contrôleur de gestion de la SBFM)

 

En effet, vos élus CGT au Comité d’Entreprise l’ont dit, écrit, répété partout à tous les niveaux, chez Renault, auprès des élus locaux, régionaux, nationaux, auprès du tribunal de commerce, du liquidateur judiciaire, des pouvoirs publics, de l’état…etc :

 

« la pérennisation de la Fonderie De Bretagne, une des rares fonderies françaises de pièces en fonte à graphite sphéroïdale encore en survie, nécessite :

 

1. Des volumes et ils existent : il faut se rappeler que Renault achète pour plus de 200 millions d’euros de pièces fonte (hors sites intégrés). Si on rajoute les besoins de Peugeot, et des autres constructeurs, il y a là de quoi remplir largement FDB et lui assurer chiffre d’affaire, investissements et emplois.

 

2. Des investissements : dans l’outil avec notamment le remplacement à court terme de la ligne SPO avec de concert, l’optimisation des deux autres lignes en ce qui concerne notamment l’activité grenaillage, la gestion des flux internes et le développement de l’usinage.

 

3. De nouveaux emplois (au-delà des 55 embauches annoncées). Conjuguer à un plan de formation ambitieux, il faut en effet assurer le remplacement de tous les départs et réaliser de nouvelles embauches pour anticiper les futurs départs (connus très en amont) et faciliter la nécessaire transmission du savoir faire (la fonderie s’apprend sur le tas !) Pourquoi ne pas recréer une école de fonderie sur le site ?

 

4. Un service commercial, un service recherche et développement : pour être à l’offensive sur le marché de l’auto mais aussi du ferroviaire, du poids lourds, du machinisme agricole….être là où sont les besoins en pièces fonte ! Proposer des alternatives à l’aluminium, au plastique…

 

5. Rendre la fonderie attirante : au travers d’une politique sociale et salariale de haut niveau à la hauteur du métier hautement technologique qu’est la fonderie.

 

6. Investir dans la revalorisation des déchets métalliques (vieilles autos et autres déchets métalliques) : par la construction sur le site d’un cubilot qui alimenterait la fusion en flux continu de métal liquide voire même en revendre sur le marché. »

 

Ce vendredi 15 juillet 2011 (14h30), à la Préfecture Du Morbihan, se tenait une rencontre organisée par le Préfet, M. SAVY et ceci à la demande des dirigeants de Renault avec à l’ordre du jour : « La présentation du projet industriel de Renault et du programme d’investissements à réaliser à la Fonderie De Bretagne ».

 

Etaient invités et présents, les représentants de Renault, l’ensemble des élus intéressés par ce dossier (Maires, Conseillers généraux, Président de Région…etc), les services de l’état, les représentants syndicaux des salariés, les élus au CE.

 

Enfin, des investissements d’avenir pour notre fonderie !

 

Renault  a affirmé vouloir maintenir et développer sa fonderie et a annoncé avoir décidé les investissements suivants pour un montant de 85 millions € :

- Construction et installation d’une nouvelle ligne de moulage, en remplacement de la ligne SPO (Pour un coût 34 millions €.)

- Modernisation de la ligne GIMAT, gros travaux au parachèvement (Finition), maintient et optimisation de l’usinage sur le site (Pour un coût 11 millions€)

- Conditions de travail et sécurité (Pour un coût 4 millions€)

- Remise en état des bâtiments (Pour un coût de 36 millions€=

 

Le bail précaire serait prolongé et transféré.

 

La contrepartie obtenue par Renault auprès des pouvoirs publics (qui sera validé rapidement) consisterait, au travers d’un accord signé par les diverses parties, à transférer le portage des bâtiments et des terrains à l’Etablissement Publique Financier Régional (EPFR) charge à ce dernier de réaliser les travaux et investissements nécessaires à la mise aux normes des bâtiments et terrains.

 

Contre ce bail, d’une durée de 7 ans, Renault verserait un loyer et s’engagerait à reprendre à la valeur de rachat le site à l’issue de cette période. (Les loyers et le rachat final compenseraient l’investissement de l’EPFR).

 

Ces avancées très importantes, même si elles ne règlent pas tous nos problèmes permettent de crier haut et fort, 

Ensemble, nous avons gagné :

 

 

la reprise de la fonderie par Renault, et maintenant, la pérennisation de nos emplois et de notre fonderie. Quelle belle victoire des salariés et de la CGT !

 

A chaque victoire nous sommes tentés, et c’est légitime, de vouloir souffler un peu, de relâcher la pression, mais attention, la direction de FDB va quant à elle vouloir (et c’est déjà commencé) obtenir, au-delà de la productivité des installations, plus de productivité des salariés.

 

Comment ? Et bien en réduisant ou en supprimant tous les temps qu’elle appelle « Temps morts » (Les temps de pause, le temps de repas, les débuts et fins de poste, les TSP liés au travail…etc).

 

Par ailleurs la volonté de réduire les coûts fixes (salaires, primes, acquis et avantages divers) va aussi être énorme.

 

Le meilleur moyen de contrer ces mauvais coups à venir est de renforcer encore votre outil syndical CGT en y adhérant et en construisant collectivement (partout dans l’entreprise y compris dans les bureaux et services) la lutte quotidienne, seul rempart des salariés (ées) face aux directions toujours plus avides de profits.

 

Pour les élus CGT au Comité d’Entreprise,

Le secrétaire René LE BOURVELLEC

Partager cet article
Repost0

commentaires