Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

16 mai 2014 5 16 /05 /mai /2014 22:57

Nous publions ici la position du SAT, une organisation syndicaliste-révolutionnaire d'Ukraine qui tranche agréablement avec les discours dominants qui voudraient nous imposer de soutenir un nationalisme contre un autre, une oppression plutôt que l'autre...

 

 

Ukraine : Déclaration du SAT (Syndicat autonome des travailleurs)

Kiev. 14 mai 2014

 

Le nationalisme est l'ennemi mortel des travailleurs. Ceci est prouvé par les événements actuels en Ukraine, où les fascistes des deux bords aident la classe dirigeante à écraser physiquement le peuple travailleur. La question est : combien de victimes et de destructions seront nécessaires avant que prolétariat ukrainien le réalise.  Il y a une confrontation continue sur le territoire de l'Ukraine entre les groupes de la classe dirigeante locale et russe qui font s'opposer les travailleurs les uns contre les autres et attisent l'hostilité, et se rapprocher le pays d'un état de guerre civile. Les événements de Mariupol sont la matérialisation de cette confrontation. Beaucoup de gens, les combattants et les civils, les militaires professionnels et les conscrits, ainsi que les volontaires, ont, dans les deux camps du conflit, souffert des conséquences de l'"opération anti- terroriste".

 

C'est une situation critique pour les travailleurs. Le gouvernement traite toutes les personnes qui protestent dans le mouvement anti- Maïdan de la même manière : les soldats ne comprennent pas sur qui ils tirent, et ceux qui sont abattus ne comprennent pas pourquoi ils meurent. Les deux camps en conflit manipulent leurs "fantassins" avec un cynisme particulier, et c'est pourquoi les travailleurs en viennent à lutter pour des idées qui n'ont rien à voir avec leurs intérêts matériels de classe.

 

Les unités militaires ukrainiennes et d'autres groupes armés se battent pour les idéaux insensés de national-patriotisme et « l'unité de la nation », tandis que les séparatistes se battent pour la création d'un nouvel État et/ou l'adhésion à la Russie. Dans tous les cas, l'objectif est l'État nation bourgeois avec ses bureaucrates, ses policiers, ses juges, ses prisons, ses capitalistes et ses miséreux.

 

Désormais, il y a déjà des dizaines de victimes et de morts à la suite des combats entre ces deux mouvements réactionnaires. L'incompétence de l'armée d'une part et la dépravation des combattants de l'autre font croître les pertes de façon significative.

Les plus hauts rangs du mouvement anti-Maïdan sont généralement constitués de militaires à la retraite ainsi que de hauts fonctionnaires de la police restés fidèles à l'ancien régime. Par conséquent, la direction des « républiques populaires » dans les régions de l'Est de l'Ukraine peut en effet être désignée comme une junte : une dictature de la police et des forces armées.

 

Les groupes fascistes et de criminels présents dans ce mouvement donnent à cette junte un caractère global profondément réactionnaire et radicalement opposé aux intérêts de classe des travailleurs dans les régions de l'Est.

 

La propagande pro-russe dépeint les combattants séparatistes comme des combattants de la résistance antifasciste. Selon cette propagande, l'"opération anti-terroriste" lancée par le gouvernement ukrainien n'est rien d'autre qu'une attaque des fascistes ukrainiens du "Secteur Droit", dont le rôle dans ces événements et dans bien d'autres s'en trouve de manière consternante gonflé hors de toute proportion.

 

Le "Secteur Droit" est une coalition mal coordonnée de plusieurs organisations d'extrême-droite. Sa structure sociale se compose de jeunes d'extrême droite et de groupes criminels. La structure sociale des combattants des "républiques populaires" est similaire pour l'essentiel : adolescents, gangsters et éléments déclassés. La popularité du "Secteur Droit" en ce moment est très faible (inférieure même à celle du Parti communiste de l'Ukraine totalement discrédité) ; en outre, le "Secteur Droit" se trouve dans une situation de guerre secrète avec le gouvernement ukrainien.

 

En raison des opérations de relations publiques permanentes de la communauté internationale soi-disant antifasciste, le "Secteur Droit" est en train d'acquérir l'image terrible d'une puissante organisation qui dirige presque l'État ukrainien, ce qui n'est évidemment pas vrai. Cependant, nous ne cherchons pas à minimiser le problème des mouvements fascistes en Ukraine. Le SAT a insisté à plusieurs reprises sur l'escalade de la violence d'extrême-droite, qui vise notamment les militants de gauche, et ce dès 2012, sous le régime de Ianoukovitch. Les militants du SAT ont également été attaqués. Un de nos camarades a été presque tué par les néo-nazis qui l'avaient attaqué avec des couteaux. En outre, le lieu de la manifestation du 1er mai de cette année a dû être déplacé en raison de menaces d'affrontements avec l'extrême droite.

 

Résister aux mouvements fascistes a été l'une des principales tâches du mouvement anarchiste en Ukraine pendant une longue période. Contrairement à de nombreux "antifascistes" post-staliniens dans les pays occidentaux, nous connaissons ce problème de première main et non à partir d'Internet. Et pourtant, nous et nos camarades avons réussi à organiser des manifestations anarchistes le 1er mai avec un programme social, anticapitaliste et antinational à Kiev, à Kharkov et à Jitomir.

 

Les anarchistes n'ont pas l'intention de céder du terrain aux nazis et au gouvernement de la droite libérale. C'est le SAT qui a organisé la campagne de protestation de la gauche radicale contre le parti au pouvoir "Bat'kivshyna" ["Patrie"].

 

Nous sommes prêts à poursuivre la lutte contre l'État, le capital, et l'extrême-droite qui les protègent. Mais ce combat est cent fois plus difficile lorsque l'État, l'Église, les structures de la police et des mouvements fascistes sont unis en une seule force. Telle est la situation dans le Donbass, où "l'Armée de la République populaire de Donetsk" est dirigée par Igor Strelkov, l'homme des services secrets de la Russie et grand fan du mouvement tsariste historique "Garde Blanche" ; où l'organisateur du référendum, le fondateur du mouvement "Donbass Orthodoxe", consulte le leader du plus ancien mouvement néo-nazi post-soviétique, le légendaire Alexandr Barkashov ; où les militants de l'anti-Maïdan manifestent leur solidarité et leurs respects envers une autre icône des fascistes européens - Aleksandr Douguine ; où le co-président du "Gouvernement de la

république populaire de Donetsk", Denis Pushilin, regrette ouvertement que la révolution

de 1917 ait mis fin au tsarisme et la qualifie de "sanglant désastre" .

 

Les slogans sociaux n'ont pas été insérés dans les manifestes et les documents officiels des séparatistes, alors qu'il y a beaucoup de phrases sur la paix sociale et les intérêts de la « petite entreprise ». À l'heure actuelle, la Junte criminelle et fasciste de l'Est organise des tortures et des enlèvements de militants syndicaux.

 

Nous exigeons du gouvernement de Kiev qu'il retire immédiatement les troupes des villes, et de la junte de l'Est qu'elle cesse de terroriser les travailleurs pacifiques. Notre objectif est de poursuivre la résistance sur tous les fronts et de construire contre vents et marées un mouvement ouvrier révolutionnaire.

 

Nous appelons nos compagnons travailleurs ukrainiens à s'aligner derrière nos intérêts de classe communs, parmi lesquels la paix et la solidarité, mais pas la lutte insensée pour garder des territoires ou leur séparation. La lutte des classes n'a rien à voir avec la lutte pour la redistribution du pouvoir. Quel que soit le vainqueur de la confrontation entre le gouvernement et les séparatistes, - nous perdrons, et c'est pourquoi son boycott est notre priorité. Ignorer les décisions du gouvernement, renoncer au militarisme, mener des grèves et construire un mouvement ouvrier révolutionnaire - telles sont nos armes contre la guerre qui nous est imposée. Nous ne pouvons compter que sur nous-mêmes et sur la solidarité internationale d'autres organisations de la gauche radicale. Si nous ne commençons pas à nous lever maintenant, nous devrons faire face à des temps parmi les plus difficiles.

 

 

Ni dieux, ni maîtres, ni nations, ni frontières ! 

 

Prolétaires du monde entier, unissons-nous ! 

 

Kiev, le 14 mai 2014

 

SAT Syndicat Autonome des Travailleurs

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans International
commenter cet article

commentaires