Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Presentation

  • : Communistes Libertaires de la CGT
  • Communistes Libertaires de la CGT
  • : Les communistes libertaires sont un des courants fondateurs de la Cgt, sur une base anticapitaliste et révolutionnaire. Nous entendons renouveler ce combat, en intégrant les évolutions de la société d'aujourd'hui.
  • Contact

Retour à l'accueil

Recherchez Sur Le Blog

QUI SOMMES NOUS ?

Ce blog est l’outil d’expression de communistes libertaires qui militent à la CGT, où ils défendent une perspective de renouveau du syndicalisme révolutionnaire, mouvement fondateur de notre confédération, et l’unification d’un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. 

Nous combattons l'orientation confédérale actuelle de la CGT et agissons pour qu'une alternative à cette orientation émerge. Nous ne nous revendiquons d’aucune tendance ou fraction formalisée au sein du mouvement syndical. 

Pour autant, le tournant pris par notre confédération ces dernières années vers un syndicalisme d’accompagnement, voire de cogestion, nous incite à constituer un front syndical commun avec tous et toutes celles qui se réclament et pratiquent la lutte de classe, professionnelle et interprofessionnelle, autour des revendications et la lutte pour les faire aboutir. 

Attachés à la démocratie syndicale et au fédéralisme qui restent de mise au sein de la Cgt, respectueux du mandat donné par les adhérents et adhérentes des structures auxquelles ils et elles participent, les communistes libertaires relèvent d’un courant fondateur et constituant de la Cgt. 

Les syndicats, forme première d’organisation d’une résistance ouvrière, ont un caractère double et contradictoire. 

Organisations de masse ayant vocation à regrouper tous les exploités autour de leurs revendications immédiates, elles restent soumises à la domination politique d’un patronat qui les pousse à une plus grande intégration à l’appareil d’Etat. 

Dans cette bataille qui n’est pas qu’idéologique, nous ne partageons pas l’idée qu’il y aurait de mauvaises directions corrompues face à une base adhérente dont la « pureté » n’égalerait que la volonté d’en découdre. 

Bien au contraire, il existe à tous les niveaux de nos organisations une contradiction entre un syndicalisme de classe dont l’objectif est de mettre fin à l’exploitation capitaliste et un syndicalisme d’accompagnement dont la finalité réside dans l’adaptation du monde ouvrier qui produit les richesses à l’économie de marché globalisée qu’on voudrait faire paraître indépassable. 

C'est pourquoi nous n'entendons pas oeuvrer en simple opposition à nos directions actuelles mais en alternative à celles-ci, pour l'unité du mouvement social. 

Pour tout contact avec les communistes libertaires de la CGT : 

          communisteslibertairescgt@gmail.com

Archives

Liens De Nos Amis

3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 02:33

S'il est permis (hélas) de douter de la détermination de la direction de Syriza d'engager réellement la Grèce sur la voie d'une rupture avec le capitalisme, la déclaration de la Filpac néanmoins enfonce le clou. Alors nous publions avec plaisir...

 

Beaucoup de l’an neuf se joue dès janvier

 

Le sort de la résistance européenne à l’austérité se précipite dès janvier.

Sitôt l’annonce des élections grecques prévues le 25 janvier, un spectre hante l’Europe et ses temples, les Bourses. Il met en émoi les valets de pied du FMI et de la BCE… Et si ce petit pays de 11 millions d’habitants résistait à la Troïka ? Et si, dès le 25 janvier, Syriza élue appliquait pour servir le peuple une politique de rejet de la dette illégitime, de contrôle des banques et de la finance ? Le libéralisme de l’Union européenne à l’envers ! Quel espoir soufflerait d’Athènes pour notre résistance à la dictature des marchés mondialisés. Il serait établi que la crise n’engendre pas automatiquement l’ascension de l’extrême droite, qui là-bas se nomme Aube Dorée, leur Front national.

Janvier ? Macron l’a préparé en opération subversive.

Sa loi montée comme un labyrinthe passerait au Kärcher les digues dressées contre le marché. L’outil de cette loi n’est pas la loi mais la procédure des ordonnances. Le tout expédié dès le 12 janvier par une commission spéciale qui présentera la sale besogne aux députés le 26 janvier. Un putsch, en regard de la centaine d’articles enchevêtrés de façon diabolique. Un gouvernement archi-minoritaire pourrait balayer d’un coup d’ordonnances tribunaux prud’homaux et procédures légales de licenciement, repos en soirée et le dimanche. Et surtout de mettre fin à la possibilité des salariés d’agir en justice, puisque la perversité du « plan de départ volontaire » s’agissant de la rupture du contrat de travail s’étendrait à toute transaction entre salarié et employeur.

Dès janvier se pose la reconquête de notre CGT confisquée par les affaires d’en haut.

Les adhérents et les militants attendent autre chose des réunions des instances nationales de janvier que la comédie du pouvoir, la valse des factures et les fausses confidences aux médias. Le crédit de la CGT est entamé par la suspicion de corruption qui rejaillit sur l’intégrité des militants et par le ridicule de la situation.

Qui a donc mandaté des négociateurs pour signer l’accord « contrat de sécurisation professionnelle » ? Pas les syndicats CGT. Ce précédent va-t-il laisser la signature de notre confédération à la disposition d’un groupe sans contrôle ? Qui a décidé que les actions n’étaient pas envisageables contre la loi Macron ?

Qui a décidé que le syndicalisme de transformation sociale serait remplacé par le syndicalisme rassemblé autour du gouvernement ? Qui donc réduit l’agenda CGT 2015 à une séance de commémoration d’une histoire de 120 ans avec laquelle un groupe de Montreuil est en train de rompre ?

Derrière la tragi-comédie des affaires qui paralyse la CGT d’en haut, c’est un recentrage qui se met en place au péril de l’unité et de l’identité de la CGT, sans débat d’orientation, sans congrès donc sans respect pour l’avis et la dignité des syndicats.

 

Remplir nos tâches, agir en conformité avec nos mandats, servir les intérêts des salariés, c’est établir une orientation CGT de revendications et de transformations sociale, indépendante du gouvernement.

Et tout ça, c’est 2015, un sacré rendez-vous.

Partager cet article

Repost 0
Published by Communistes libertaires de la CGT - dans Du côté des Structures: syndicats - UL - UD - Confédé
commenter cet article

commentaires